Immersion en terres Kirghizes !

11

juin 30, 2016 par leussestucru

Incroyable Kirghizstan

Y a-t-il encore quelqu’un sur ce blog ?

Faut dire que ça fait bien longtemps qu’on n’est pas passé par ici… Comme vous le savez peut être, on est revenu sur Lyon juste avant noël et sans trop avoir le temps de comprendre ce qu’il se passait, on s’est fait avaler tout cru par le tourbillon des fêtes de fin d’année, les retrouvailles, la vie lyonnaise, la recherche d’un chez nous, nos nouveaux boulots…Et hop, voilà que le calendrier nous dis que ça va déjà faire 6 mois… tout cru j’vous dis !

Rassurez-vous quand même, pour le moment le retour se passe fort bien et, qui l’aurait cru, la vie à Lyon se révèle même presque aussi passionnante que celle sur la route !

Mais il nous reste toutes ces notes et ces photos de notre retour et même si cela fait 6 mois qu’on est en France et qu’il n’y a surement plus personne qui lit ces pages, on s’est dit qu’on allait reprendre du service et vous raconter comment on a suivi la route de la soie pour rentrer en stop depuis la Chine :D

Dans le dernier article on était au Kirghizstan, encore au commencement de notre longue route de retour… On y retourne?

Le Pic Lénine

Ouiiiiiii

(Attention, les couleurs de cet article peuvent faire mal aux yeux. Mais ni la couleur de l’eau, ni celle de l’herbe ni celle du ciel ne sont retouchées, promis! C’est la beauuuté du Kirghizstan qui agresse la rétine!)

 

6 juillet,

Après plusieurs séjours dans la capitale et deux visas de plus sur nos passeports, on quitte enfin Bishkek pour de bon !

La route qui rejoint Osh, la seconde ville du pays, est longue et nombreux sont les voyageurs qui prennent un bus de nuit pour la parcourir, ou même un avion.

Et c’est vrai qu’entre un trajet de 10 à 12 heures et un vol de 40 minutes pour 20 dollars, on n’a pas envie d’hésiter longtemps. Et pourtant, cette route est magnifique et il serait bien dommage de passer à côté, même avec peu de temps pour visiter le pays !

Le Pic Lénine

 

On se place donc le pouce tendu à la sortie de la capitale et déjà les propositions des taxis affluent. Faire du stop dans un pays où une voiture sur deux est un potentiel taxi n’est pas franchement évident…  Mais heureusement on commence à bien se démerder en russe et les portières s’ouvrent finalement assez vite.

Et les bouteilles de vodka aussi ! En milieu de matinée une voiture s’arrête, nous prend et nous demande directement si on aime l’alcool de patate.

Pas le temps de répondre que le passager s’est déjà arrêté devant un petit magasin sur le bord de route et ressort avec une bouteille de vodka et un jus de pommes. Hop, il nous sort 4 verres de la portière qu’il remplit à ras bord (par chance le conducteur n’aura le droit qu’au jus de fruit !) et on reprend la route aussi sec.

Les virages s’enchaînent, la route n’en finit pas de monter et boire son verre sans renverser de la vodka partout devient un sacré challenge. Enfin, avaler de la vodka peu après le petit dèj en passant un col à près de 3500 mètres c’est déjà un challenge à proprement parler !

Kirghizstan

 

Quand on refuse le second verre, le conducteur se gare sur le côté de la route, enterre la bouteille sous un tas de cailloux au milieu de nulle part, dessine une croix sur la barrière de sécurité et redémarre comme si de rien n’était.

La ranger dans le coffre aurait surement été tout aussi efficace mais après tout pourquoi pas !

Le col passé, on redescend doucement dans un paysage tout droit sorti d’un rêve. La route trace un trait de goudron dans un parcours de golf géant parsemé de quelques yourtes… on est aux anges !

En fin d’après-midi un lac en contrebas de la route nous fait de l’œil. Vérification faite il s’agit du réservoir de Toktogul et on est encore bien loin d’Osh, notre destination. Mais rien ne presse et les rives du lac semblent être l’endroit parfait pour planter une tente.

Notre demande soudaine de descendre plus tôt que prévu surprend nos chauffeurs mais ils acceptent de nous laisser là, au milieu de nulle part.

Le reservoir Toktogul
Le reservoir Toktogul

On descend vers le lac, on monte la tente en bordure de ce qui s’avère être un énorme champ de cannabis sauvage, et on se jette à l’eau. La soirée est belle, la route est cachée par le relief et la végétation, on est seuls au monde pour profiter du superbe coucher de soleil. On vous a déjà dit que le Kirghizstan c’était le pied ?

Le reservoir Toktogul
On ne sait plus vraiment où on est !
Le reservoir Toktogul

Un joli champ de cannabis derrière la tente !

 

7 juillet,

Retour au bord de la route. La première femme qui nous prend en stop a une culture française qui dépote ! Elle nous liste un nombre impressionnant de films et de chansons ! On chante « alouette, gentille alouette » à tue-tête avant de se faire déposer quelques kilomètres plus loin.

Auto Stop au Kirghizstan

 

Les voitures s’enchaînent jusqu’à ce qu’on tombe sur l’inévitable « camion qui roule à deux à l’heure mais qui va là où on va ». Au moins on aura le temps de profiter de la vue :)

Kirghizstan

vous avez vu la couleur de cette eau?!

 

Et avec ce camion une nouvelle illustration de la difficulté de gérer la générosité des personnes que l’on rencontre. Car après la vodka, voici venir le Jarma !

Une boisson à base de lait et de céréales fermentés, presque gazeuse mais pas tout à fait, sans alcool mais pourtant bien plus forte et difficile à boire qu’un bon cubi de villageoise. Et pour ne rien enlever au mélange, au fond du bien trop grand godet se trouve une grosse mélasse de blé (fermenté) qu’on est censé avaler.

Notre chauffeur ne fait pas les choses à moitié et nous ramène une énorme pinte chacun, avale la sienne en moins d’une minute et nous regarde avec amusement nous dépatouiller avec la nôtre. J’avale difficilement la mienne pendant que Tiziana cherche tous les subterfuges possibles pour vider son verre dans les plantes sans vexer notre chauffeur.

Pour finir en apothéose cette route aux milles saveurs et ne laisser aucune chance à nos estomacs fragilisés, on se fait kidnapper à peine descendu du camion dans la périphérie d’Osh par un groupe de kirghiz-afghanisto-ouzbeks qui mettent un point d’honneur à nous initier à une dégustation de raviolis ouzbeks arrosés de thé… ou de vodka !

Kirghizstan

 

Car oui, pour pimenter un peu le jeu, il y a deux théières complètement identiques sur la table : L’une remplit de thé, l’autre de vodka. On ne sera jamais à quel breuvage on trinquera… Et bien sûr, en tant qu’invité n’imaginez même pas essayer de refuser un verre !

L’abus de thé aidant, nos nouveaux copains se mettront en tête de me marier avec la cuisinière du restaurant. Heureusement, je n’ai pas du taper dans l’œil de la cuisto et on finit par repartir en direction du centre-ville à la recherche d’un toit pour la nuit.

Osh, Kirghizstan
Entre de bonnes mains !
Osh

Osh n’est peut-être pas la ville la plus passionnante du monde à visiter mais elle peut valoir un petit détour quand même. On y trouve une ambiance bien sympathique aux parfums ouzbeks, un énorme bazar aux innombrables stands et une grande colline en plein centre-ville : le Trône de Salomon.

Osh, Kirghizstan

Le trône de Salomon

 

Le fondateur mythique de la ville d’Osh trônait parait-il au sommet de cette montagne et y aurait été enterré. Mythe ou non, la colline est devenue au fil des siècles un des endroits sains les plus célèbres d’Asie, vénérée par de nombreuses religions… En tout cas le point de vue est sympathique :)

Osh, Kirghizstan

 

Au hasard d’un croisement dans les rues animées du bazar d’Osh, on entend parler d’un festival de jeux kirghizes qui aura lieu d’ici quelques jours dans les monts d’Alaï. L’évènement est organisé pour la première fois par le CBT (Community Based Tourism) qui souhaite par là faire découvrir une des régions les moins visitées du pays tout en invitant les touristes à mieux connaitre les traditions kirghizes.

Bazar d'Osh, Kirghizstan

 

En attendant le festival on passe deux jours à se promener dans Osh, à se reposer et se remplir la panse. L’avantage de trainer dans une ville avec un énorme bazar, c’est qu’on trouve tout plein de nourriture excellente et bon marché ! Mantys (gros raviolis) kirghizs, mantys ouzbeks, plov, melons sucrées, brochettes en veux-tu en voilà. Bref, on ne s’ennuie pas :)

Du Plov !

Miam miam miam, un bon plov!

 

La veille des jeux on part en direction du col Chyiyrchyk. Ça a beau ne pas être du chinois, on galère quand même pas mal à prononcer notre destination au moment de tendre le pouce. Mais on finit quand même par arriver à bon port :D

Bon je ne vous surprends plus si je vous dis que le coin est à couper le souffle ! Désolé de vous le dire toutes les deux lignes mais franchement, le Kirghizstan c’est aussi relou à écrire et à placer sur une carte que beau !

Kirghizstan

 

On plante la tente dans un coin paradisiaque, on se fait un peu embêter par un kirghiz sorti de nulle part qui  nous montre sa carte d’identité en nous faisant croire qu’il s’agit d’une carte de police et nous demande nos passeports pendant quinze minutes avant de repartir aussi vite qu’il est arrivé puis on finit par s’endormir heureux sous un magnifique ciel étoilé. :)

 

Plongeon en terres Kirghizes

Aujourd’hui, c’est bouillon de culture Kirghize au programme ! Les jeux ne commençant que cet après-midi, on retrouve les organisateurs et la vingtaine d’autres touristes présents pour une matinée sur le thème de la cuisine et de la musique kirghize.

Kirghizstan

 

On (re)découvre avec plaisir des spécialités locales comme le pain cuit dans l’huile ou encore le pain torsadé cuit dans l’huile ou même de petits pains sucrés cuits dans l’huile ! Que du bonheur :D Le tout accompagné d’un groupe de musique du coin, la matinée est parfaite !

Enfin presque… Ca faisait un petit moment qu’on ne s’était pas retrouvé avec d’autres touristes et force est de constater que tous ne sont pas de bonne compagnie. Pour faire rire l’assemblé certaines personnes n’hésitent pas à faire des blagues dégradantes, ridicules et irrespectueuses envers les kirghizes. On félicitera les organisateurs qui répondront toujours avec beaucoup de patience et de malice à la stupidité de ces gens là…

Franchement, même après un bon repas, ça laisse un goût amer dans la bouche.

Enfin, on oublie tout ça en sortant de la yourte et en contemplant la magie des prairies verdoyantes des monts Alaïs.

DSC02585

 

Bon, ce n’est pas tout mais  si on est venu ici ce n’est pas que pour le repas mais bien pour assister à un match de Bouzkachi, joué par des Tchopendozs à cheval !!

Si si, c’est bien pour ça qu’on est venu là !

Bouzkachi

Et eux aussi !

 

Mais avant, place à l’échauffement !

Et pour s’échauffer à cheval, rien de mieux que de faire quelques petits jeux d’adresse dont on a perdu les noms mais qu’on va essayer de vous raconter :

- Le « chopper d’la pièce » : Le but de ce jeu est de ramasser une pièce par terre… du haut d’un cheval lancé au galop.

Le cavalier doit alors passer sous le cheval et être hyper précis dans sa trajectoire pour avoir une petite chance d’attraper la pièce. Franchement, on ne voyait même pas comment une telle prouesse était possible mais les cavaliers kirghizes nous ont prouvés l’inverse. Chapeaux bas !

- Le « Viens voir par là que j’te fasse tomber de ton cheval » : Tout est dans le titre… Deux cavaliers luttent à cheval jusqu’à ce que l’un d’eux finisse à terre. Les règles ressemblent à celle de la lutte sauf qu’on peut en plus tirer sur les mors du cheval adverse, lui taper dans les fesses, foncer sur l’adversaire au galop, donner des coups de sabots… C’est un exercice qui impose le respect !

Bouzkachi

- Le « Bisous dans le cou avant que je te marave la tête » : Ce jeu, teinté de romantisme, se compose de deux parties :

1-Tout d’abord, une cavalière et un cavalier partent au galop en même temps. Le cavalier, qui part avec quelques mètres de retard, doit rattraper la cavalière pour lui faire un bisou. C’est mignon hein ? Si la belle lui échappe, il perd.

2-Par contre s’il réussit son baiser, il doit s’enfuir immédiatement à toute allure pendant que la cavalière doit essayer de rattraper le goujat pour lui donner une correction à coup de cravache. Si elle le rate elle perd, si elle le rattrape et le tape elle gagne ! Tout en tendresse ces jeux décidément ;)

 

Maintenant que l’adresse de nos cavaliers n’a plus à être prouvée, place au Bouzkachi !

Bouzkachi

OOOUUUUUUIIIIIIIIIII LE BOUZKACHIIIIIII !!!!!!

 

D’origine turkmène, le sport national du Kirghizstan pourrait être comparé au football, ou plutôt au polo. A quelques différences près.

Tout d’abord le nombre de joueurs n’est pas fixe, on a la plupart du temps deux équipes qui peuvent aller d’une dizaine à une centaine de cavaliers. Il y a aussi la version libre, celle à laquelle on assiste, où il n’y a pas d’équipe et c’est chacun pour soi…

L’autre différence non négligeable c’est qu’ici contrairement au polo, on ne joue pas avec une balle mais avec une chèvre décapitée.

Si si.

On retrouve tout de même deux buts, deux cercles tracés dans la terre, plus ou moins espacés selon la taille du terrain, dans lesquels il faudra déposer délicatement l’animal pour marquer des points.

Ah, et enfin, histoire de corser un peu le jeu, tous les coups sont permis ! (on comprends mieux l’intérêt de faire de la lutte en échauffement)

Bouzkachi

Et c'est partiiii

 

Voilà comment on se retrouve avec une cinquantaine de kirghizes un tantinet bourrins sur les bords qui se battent pour récupérer une chèvre décapitée pour la mettre dans un but… et bien évidemment, remporter la chèvre !

Voilà voilà.

Bouzkachi

Il n'y a pas vraiment de délimitation précise du terrain...

 

Regarder le match est impressionnant, mais aussi un peu dangereux, puisque le terrain n’étant pas franchement délimité (‘’les collines environnantes’’, on a vu plus précis), on s’est retrouvé à plusieurs reprises à courir en hurlant en voyant une horde de chevaux nous foncer dessus. Mais malgré ces quelques petites frayeurs, tout se finit bien ! Enfin sauf pour le ballon qui terminera probablement la journée sur un barbecue… La légende voudrait d’ailleurs que ce jeu soit né dans l’idée d’attendrir la chaire de la bête avant de la faire cuire !

Bouzkachi

Elle commence à être bien tendre là!

 

Au pied de Lénine

Après cette petite virée dans les monts Alaï, on poursuit notre route toujours plus au sud du pays. On reprend le stop, on rencontre encore une personne qui parle bien le français pour finir par tomber encore sur un camion qui roule à deux à l’heure mais qui peut nous emmener à destination. La routine quoi :D

Ils seront trois dans le camion (plus nous deux ça fait 5 pour 2 places, laaaaaarge). On fera d’abord un premier stop dans la maison de l’un d’eux à Sary Tash où l’on mangera ensemble avec ses parents avant de reprendre la route. Ils finiront par nous déposer dans la nuit noire dans un champ pas loin de Sary Mogol où l’on plantera la tente à tâtons.

C’est assez chouette d’arriver de nuit parce qu’au réveil tu ne sais absolument pas à quoi t’attendre. Et ici dans notre champ près de Sary Mogol, la surprise est de taille !

Le pic Lénine !

Au réveil, ça met une pêche d'enfer !!!

Le pic Lénine !

Ça rappel un peu le beaufortain (le fromage en moins :( )

 

A peine la porte de la tente ouverte, le pic Lénine nous observe du haut de ses 7134m d’altitude. On sent qu’on va se plaire ici ! Par chance on trouve une voiture pour nous nous emmener sur les derniers 20km qui nous séparent du bas de Lénine. Une fois arrivé, on oublie tout, on laisse place à la magie du lieu, on débranche nos cerveaux et on contemple.

Le Pic Lénine

 

C’est pas croyable comme le Kirghizstan est beau! On trouve un emplacement pour la tente et on part se perdre au pied du géant. On retrouve nos copines les edelweiss parmi les millions de fleurs présentes. On randonne un peu. On cherche d’éventuelles alpinistes qui tenteraient le sommet, mais on ne trouve que des marmottes, des vaches et toujours plus de marmottes.

DSC02845

et quelques rencontres mignonnes :)

 

Le CBT nous avait prévenus que deux yourtes dans le coin proposent des repas pour des prix corrects, on en profite donc pour dîner au chaud et jouer aux cartes avant de retourner se coucher sur ce qui restera surement comme le plus bel endroit pour planter la tente du voyage.

Le Pic Lénine

 

Ah ça ne va pas être facile de quitter le pays !

Le Pic Lénine

Ah ça non!

 

Et on ne crois pas si bien dire… Dans le prochain article on vous raconte ce moment où le stop nous a abandonné et où on a bien failli restés bloqués au Kirghizstan! A la prochaine ;)


 

En pratique :

Se loger sur Osh :

Osh guesthouse est l’auberge la plus fréquentée par les voyageurs. L’endroit est cher, plutôt sale, sans charme et les gérants ne sont pas des plus agréables mais c’est surement le seul endroit de la ville où l’on peut trouver internet (enfin en 2015). Si vous aller là-bas n’hésitez pas à négocier, notre chambre double (sale et sans salle de bain) est descendue de 19 à 13 dollars sans que l’on insiste, en demandant simplement si il n’avait pas moins cher…

Si vous n’avez pas particulièrement besoin d’internet, le Stari grad hotel a un bien meilleur rapport qualité prix. Il est un peu dur à trouver, mais la grande et jolie chambre double avec une salle de bain tout propre pour 600 som (un peu moins de 9euros) vaut la recherche. Pour y aller, il faut d’abord se placer près de la mosquée, à l’angle des rues Zaïnabetdinova et Macalieva, en face de l’arrêt d’autobus, repérer ce portail:

Hotel Osh

Prendre l'allée jusqu'au bout

Hotel Osh

Passer derrière le camion rouge puis entrer dans le gros bâtiment sur l'image ! :)

Rentrer dans la cour, aller au fond de la cour, entrer dans le sas de l’immeuble, monter à l’étage et frapper, c’est là ! Il n’y a aucun panneau mais la dame qui tient les chambres est souvent là et, cerise sur le gâteau, elle parle très bien anglais !


11 commentaires »

  1. Floopie dit :

    Aaah quel plaisir de vous lire à nouveau! Et les photooos !
    Je sais pas pourquoi je m’imaginais le pays très sablonneux, je me suis bien trompée c’est beaaaau !
    Des bisous!

    • leussestucru dit :

      C’est marrant comme on ne sait pas grand-chose de ces pays-là… Sinon y a pas mal de sable mais pas au Kirghizstan :) Va falloir attendre encore quelques articles pour qu’on arrive dans le dessert :D ! Bisous Floopie !

  2. Thomas dit :

    Han effectivement vous avez pas menti ça à l’air superbe !

    Du coup ça me tente pas mal :d

  3. Marie-Claude à Bxl dit :

    Pas passionnée par le foot mais devant le match de finale quand même, j’ai ouvert votre blog par hasard en pianotant au pif sur mon tel. SURPRISE! Chouette le feuilleton continue. Merci de partager encore et d’offrir cette évasion en fauteuil. Vite! La suite…
    Bises à vous 2.
    Marie – Claude

  4. Map & Fork dit :

    On est là on est là. merci pour ce beau carnet de voyage

  5. Florine dit :

    Tellement fort ce partage de votre voyage … Ce récit même après votre retour continue de me faire voyager. Merci

  6. gwendal dit :

    Je n’étais pas passé depuis longtemps sur le site et là grande surprise et quel plaisir de vous relire à nouveau ! vivement la suite ! j’ai hâte de lire la fin du parcours !

    bien à vous,

    Gwendal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

On est à Lyon :) !! Depuis le 16/12/2015 !! On est à la bourre sur nos articles mais pour sûr, ils finiront par se montrer !!!

N'hésitez pas à cliquer sur la carte ci-dessous pour avoir un meilleur aperçu de notre parcours!