Sur l’île d’Olkhon, au coeur du Baïkal

7

novembre 8, 2014 par leussestucru

DCIM100DRIFT

Mardi 7 octobre 2014,

On est une nouvelle fois sur le mythique trajet du transsibérien, parti d’Omsk deux jours plus tôt et arrivés à Irkutsk, au beau milieu de la Sibérie. On descend du train aux alentours de 8h30 heure locale soit 3h30 heure de Moscou, et pour le coup on a un peu de mal à accuser le décalage horaire.

C’est pas bien réveillé qu’on sort dans la ville à la recherche d’un transport en direction de la gare de bus d’où l’on sait que des minivans partent pour l’île d’Olkhon tous les jours à 10 heures.

Le temps de trouver de quoi prendre un petit déjeuner, de retirer un peu d’argent (au passage, si vous allez sur l’île, attention à retirer suffisamment, il n’y a aucun distributeur sur place et il est très difficile de trouver du change, du moins en octobre, c’est peut-être plus simple en saison haute…), on monte dans un bus bondé et on arrive finalement à la gare de bus.

Par chance, on tombe directement sur un minivan en partance pour l’île et il ne nous reste plus qu’à attendre qu’il se remplisse de passagers pour prendre la route.

Il ne fait pas tellement froid dehors mais le conducteur préfère laisser le chauffage tourner à fond et on se retrouve rapidement en tee shirt à suffoquer quand certains passagers sont toujours en doudoune ! C’est ici qu’on commence à se rendre compte qu’étonnamment (et ce sera largement confirmé par la suite) les habitants de Sibérie sont souvent plus frileux que nous !

Le trajet jusqu’à l’île coute 700 roubles par personnes et devrait durer environ 6 heures. Mais après seulement 1h30 de route on s’aperçoit que l’on a déjà parcouru la moitié du trajet. On commence à se dire que les six heures annoncées sont exagérées mais quand, quelques minutes plus tard, la route s’arrête et le van s’engage sur de la piste, on comprend que la suite sera moins rapide…

Sur l'île d'Olkhon

Sur l'île d'Olkhon

A partir de ce point, si le trajet est nettement moins confortable, le paysage est juste magnifique. La forêt de bouleaux fait place à des étendues désertiques et vallonnées. On ne s’attendait absolument pas à rencontrer ce type de paysage en Sibérie et l’espace d’un instant on se croirait tout droit projetés au cœur des steppes mongoles.Malgré le paysage incroyable, rouler sur de la piste reste éprouvant et on est bien contents d’atteindre le bac qui nous permettra de rejoindre l’île.

Notre premier aperçu du lac semble sorti d’un rêve, il n’y a aucun nuage pour troubler le ciel et l’eau est d’un bleu profond, incroyable. Difficile de se convaincre qu’il ne s’agit effectivement que d’un lac et non d’une mer !

Et non, ce n'est pas la mer...

Et non, ce n'est pas la mer...

D’ailleurs, pour la minute culturelle, le Baïkal est le lac de tous les records :

Avec 636 kilomètres de long et 80 de large, c’est le 6ème plus grand lac du monde : Il a une superficie de 31 500km² soit la taille de la région Bourgogne !

La côte d'Olkhon

La côte d'Olkhon

C’est aussi le lac le plus profond du monde avec 1 637 mètres de profondeur au maximum.

Pour ajouter une médaille à son palmarès, il s’agit de la plus grande réserve d’eau douce au monde ! Il représente 14% de l’eau potable présente dans les lacs et les rivières du monde.

La température moyenne en hiver est de -15 degrés : le lac se recouvre alors de glace dont l’épaisseur peut atteindre 1 à 2 mètres. Si les bateaux ne passent plus, l’île reste desservie par les camions qui peuvent rouler sans risques tant la glace est épaisse. Les habitants sont en revanche bloqués sur l’île pendant la période de gel et de dégel, soit environ 4 semaines.

La côte près de Khujir

La côte près de Khujir

Voilà pour le lac !

En ce qui nous concerne, on débarque donc sur l’île d’Olkhon, la plus grande du lac, dans le village principal, Khujir. Il est prévu que l’on soit hébergé par Serguei, et bien que celui soit absent et ne rentre pas avant le lendemain, on s’installe pour la nuit, acueilli par Valérie et les autres personnes présentes.

Serguei, le carillonneur de l'île

Serguei, notre hôte, le carillonneur de l'île

Serguei est le carillonneur de l’île, un chouette métier comme on aimerait en voir plus souvent, qu’il exerce avec joie tous les matins ou presque pour annoncer la messe. Sa maison est juste à coté de l’église, avec une magnifique vue plongeante sur le lac.

Chez Serguei, l'église et le Baïkal

Chez Serguei, l'église et le Baïkal

Enfin il serait plus correcte de dire « ses maisons ». Serguei aime accueillir des voyageurs et a construit avec l’aide de nombreux visiteurs de passage un lieu unique, collé à sa maison, un paradis pour routard où sont logées gratuitement les personnes qui frappent à la porte : « Philoxenia ».

Philoxenia signifie amour de l’étranger et ce mot résume parfaitement le lieu.

Philoxénia

Philoxénia

Ici c’est un peu l’auberge espagnole, on arrive au milieu de deux anglais, un sud coréen, un espagnol, un allemand et trois français. La pièce principale où l’on dort, vit et mange étant surpeuplées, on sera logé à l’étage aux cotés de Max, un jeune russe de 23 ans et sa grand-mère, Baba Vale.

La pièce principale

La pièce principale

C’est la première fois depuis le départ que l’on rencontre d’autres voyageurs qui, pour la plupart, sont partis comme nous sur les routes à la découverte du monde. C’est intéressant d’entendre et de partager les différents parcours et façons de voyager et les discutions ne cessent pas dans la maison.

Malheureusement, plus de la moitié des personnes présentes quittent l’île le lendemain et on est déçu de ne pas pouvoir profiter plus longtemps de cette belle ambiance.

Mais c’est sans compter le fait qu’a Philoxenia, de nouvelles personnes arrivent sans cesse et, en deux jours, une toute nouvelle équipe débarque, cette fois uniquement constituée de français ! Entre Steeve, le cuisinier qui arrive d’Asie, Seb et Jess le couple d’escrocs du sud, Lucille l’étudiante en archi à Lyon (le monde est sacrement petit !), Guillaume en route pour le Japon, Valérie, la fille au rire le plus communicatif du monde et bien sur Max et Baba Vale, on ne s’ennuie pas une seconde ! (Avec une pensée pour ceux qui nous ont rejoint un peu plus tard, Noémie, Marylène, Robin et les deux mexicains, Diego et George)

Les copains de Philoxénia

Les copains de Philoxénia

Avec Valérie, Serguei, Baba vale, Steeve et Max!

Avec Valérie, Serguei, Baba vale, Steeve et Max!

En échange du gite, les habitants de Philoxenia sont encouragés à donner un coup de main sur le chantier de la maison de Sergei. On passe donc nos journées à se balader dans le village et sur la cote, à aider sur le chantier en peignant, ponçant ou en creusant et à s’occuper des taches ménagères comme chercher l’eau dans le lac ou cuisiner :)

La corvée d'eau!

La corvée d'eau!

La vie est douce à Philoxenia… Douce, mais fraîche ! Les températures sont souvent négatives et nous vêtements ne sont absolument pas adaptés ! Heureusement, la maison est pleine de vestes chaudes, aux looks plus improbables les unes que les autres.

Un vrai russe!

Un vrai russe!

Malgré l’efficacité des vestes, on finit quand même tous plus ou moins par tomber malade… (ok, surtout moi, Clément est un warrior qui ne craint pas le froid, se baigne dans un lac à moins de 5 degrés, en ressort en tongs et short et ne voit pas le problème…)

En se promenant sur l’île, impossible de louper les nombreux rubans colorés, on apprends ainsi que l’île est un haut lieu du chamanisme en Sibérie: dans les légendes bouriates, l’île est l’habitat des esprits du Baïkal et considérée comme le centre sacré du monde des chamans!

Près du rocher des chamans

Près du rocher des chamans

Pour ce qui est du village, Khujir est un assez impressionnant dans son genre et c’est ici qu’on comprends pourquoi les moscovites emploient l’expression « Far est » pour parler de la Sibérie. En octobre le village est désert et entre les palissades de bois et la grande avenue de sable, on se voit déjà dans un film de cow boy !

Les rues de Khujir

Les rues de Khujir

La cote près de Khujir est sublime mais tout le monde nous parle du nord de l’île et on commence à avoir la bougeotte. On organise donc une randonnée dans le nord sur 3 jours avec deux nuits sous tente.

Malheureusement, le temps se couvre la veille du départ et ne s’améliore pas le lendemain, nous obligeant à oublier nos plans. Pas de chance quand on sait que l’île a une météo exceptionnelle avec plus de 300 jours de soleil par an et que même les locaux sont surpris de voir deux jours de mauvais temps à la suite…

On commence à envisager la balade touristique qui vous emmène dans le nord en jeep et vous redescend quelques heures plus tard par les tarifs nous refroidissent vite, il faut compter 800 roubles par personnes pour cette petite excursion !

On est assez déçu quand Nicolas arrive avec la solution parfaite : Nicolas est un photographe français qui s’est établi sur l’île il y a quelques années et vit de la publication de ses photos, de livres et de conférences sur le Baïkal. Nicolas est en train de travailler sur un film et a besoin de figurants dès le lendemain matin pour jouer les touristes partis visiter le nord de l’île (tient comme ça tombe bien…).

En route pour le cap Khoboy au nord de l'île!

En route pour le cap Khoboy au nord de l'île!

Le plan parfait puisque l’on visite l’île avec un connaisseur, gratuitement et dans la bonne humeur avec les copains français ! On passe une excellente journée, quoiqu’un peu fraîche, à découvrir la cote du nord et ses paysages impressionnants.

En partant vers le nord

En partant vers le nord

On a la chance de croiser des chevaux semi sauvages sur la route et même une marmotte ! Cerise sur le gâteau, des flocons se mettent a tomber et on assiste à la première neige de la saison !

Les chevaux semi sauvages

Les chevaux semi sauvages

Sinon, petit à petit, notre russe avance et Clément commence à bien communiquer avec Max, qui ne parle pas un mot d’anglais. Ils partageront même un banya, entre hommes avec Max et Guillaume.

Clem et Max en grande discussion sur les ours en Roumanie!

Clem et Max en grande discussion sur les ours en Roumanie!

Le banya justement, c’est un peu un passage obligatoire sur l’île puisqu’en basse saison les douches pour touristes sont fermées et a part le lac, le banya est la seule solution pour se laver !

Le banya est un sauna à la russe, le notre étant composé de quatre pièces aux températures de plus en plus chaudes qui permettent d’effectuer des cycles de chaleur. Dans la pièce la plus chaude, on jette de l’eau sur des pierres très chaudes, ce qui créer de grosses vagues de vapeur d’eau et fait rapidement monter la température. Dans la seconde pièce de grosses bassines d’eau permettent de se laver ou encore de faire un gommage. On ressort du banya relaxés et vraiment propres, un pur bonheur !

Clément termine la semaine par une baignade au couché du soleil et on passe une dernière soirée autour de poissons du lac et de quelques verres de vodka, pour changer.

L'omoule, le poisson du Baïkal!

L'omoule, le poisson du Baïkal!

On écoute une dernière fois Serguei sonner les cloches et il est déjà l’heure de reprendre le minivan en direction d’Irkutsk.

Cette fois le trajet est différent, bien plus animé puisqu’on repart avec Steeve, Jess et Seb, la fine équipe ! Le paysage lui aussi a changé, il a neigé pendant la nuit et l’étendue désertique est régulièrement recouverte d’une fine couche blanche.

On rêve de chaleur mais il nous faudra encore rester quelques jours en Sibérie avant de reprendre la route. En parlant de route, on a changé nos plans et décidé de rejoindre la Chine en passant par la Mongolie ! On sait d’avance que l’on ne fera que passer car nos visas chinois nous imposent de rentrer sur le territoire avant le 31 octobre, ce qui nous laisse environ 2 semaines en Mongolie, mais cela nous donnera un petit aperçu du pays avant de débuter la Chine, où pour le coup nous devrions rester entre deux et trois mois.

Voilà, notre visa russe est déjà bientôt écoulé et on peut dire que nous n’avons absolument pas vu ce mois passer… Il faut dire qu’un mois, c’est bien peu pour découvrir le plus grand pays du monde !


Pour finir, on a fait une petite vidéo, très axée paysages car pensée pour les écoliers, mais on vous la met quand même ici :) :

et enfin, comme toujours, vous pouvez voir plus de photos là

DSC03051

Tiziana

7 commentaires »

  1. Anaïs dit :

    Vos photos sont toujours aussi magnifiques ! :)

  2. PAF dit :

    « - Et quelle musique on va bien pouvoir mettre en bande son de la vidéo?
    - Tiens, notre hôte est carillonneur, ça me donne une idée… »

    Haha, du pain bénit pour notre ingénieur du son!

    Je ne commente pas trop votre blog (non, ceci n’est pas un commentaire), mais je n’en savoure pas moins toujours autant tout vos récits/photos/vidéos!

    Continuez!
    (juste au cas où vous auriez décidé d’arrêter :-°)

    • leussestucru dit :

      Merci Paf !
      On est content que ça te plaise :) Sur qu’un hote carillonneur ça facilite la recherche de sons :D
      Et non, on a pas encore l’intention d’arreter… la muraille de chine nous tend les bras, qui pourrais s’arreter là ? ^^

  3. Galina dit :

    Wow cet article est vraiment à couper le souffle ! Quelle belle aventure tout de même, et des rencontres inattendues :D Je vous souhaite une bonne continuation, vous êtes de vrais pros maintenant ;) Par ailleurs, j’aime beaucoup vos vidéos aussi ! Merci de partager ce beau voyage avec nous <3

  4. pol&nelly dit :

    Super, un montage pro avec des images geniales.. encore… on voit qu il y a un expert scenario / Montage derriere bravo a tous les deux de notre petit coin de france

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

On est à Lyon :) !! Depuis le 16/12/2015 !! On est à la bourre sur nos articles mais pour sûr, ils finiront par se montrer !!!

N'hésitez pas à cliquer sur la carte ci-dessous pour avoir un meilleur aperçu de notre parcours!